Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

UNE HISTOIRE ET TROIS HISTOIRES

30 Mai 2021 , Rédigé par Renée Publié dans #Vie d'Atelier

Elle est assise sur une des marches extérieures de l’Opéra, à côté d’un SDF qu’accompagnent un chien, deux chiots et une fille en pantalon kaki, chemise de bûcheron, piercings un peu partout sur le visage et cheveux crasseux. Elle se remet de la mésaventure qui n’en fut pas une, grâce au « type ».

« Quel type, s’entend-t-elle dire intérieurement ? De qui parle cette femme ? A qui s’adresse-t-elle ? Au policier municipal qui est à ses côtés ? »

« J’étais présente, encore sur le quai du tram d’où je venais de descendre. J’ai vu le type, oui, celui aux chiens, là, se précipiter sur la dame, celle qui est assise là et semble encore choquée. Il l’a prise dans ses bras et l’a tirée vers son attirail. Elle s’est assise et a refusé de boire à la bouteille que l’homme lui tendait. La fille observait, elle avait l’air d’approuver l’action brutale de l’homme. Les chiens n’ont pas bougé. Ils sont sans doute assommés de chaleur et dévorés de puces. »

Le policier hoche la tête et fait trois pas en direction du groupe formé par le SDF, la fille, la dame assise et les chiens. Il s’adresse à l’homme : « Qu’est-ce qui vous a pris d’empoigner cette dame et de l’asseoir brutalement sur l’escalier ? Où vous n’avez pas le droit d’installer votre « barda » d’ailleurs ! Vous lui avez pris quelque chose ? Ou vous alliez le faire quand vous vous êtes senti  observé par Madame ? »

Et il désigne la dame qui lui a raconté l’incident. L’homme aux chiens, d’une voix lente, un peu avinée, avec un fort accent allemand, répond :

«  La dame a pas entendu le tram. Il démarrait. Elle était sur les rails avec son téléphone. Le conducteur a klaxonné. Elle bougeait pas. Alors je suis allé à toute vitesse l’enlever de là, elle est pas lourde, je l’ai soulevée et mise là. »

Le policier hoche une deuxième fois la tête, se penche vers la dame toujours assise.  « Voulez-vous que je vous conduise au poste de police pour déposer une main courante, c’est juste à côté ? »

« Il n’en est pas question. Ce « type », comme dit Madame, m’a peut-être sauvé la vie ! Je cherchais sur mon smartphone l’adresse exacte de la boutique où je me rendais, je ne prêtais aucune attention à  l’endroit où j’étais arrêtée. J’étais descendue du tram, je traversais les voies pour me diriger vers la rue de la Loge et je n’avais ni vu ni entendu le tram qui démarrait en direction inverse de celui que je venais de quitter. Je n’entendais que le brouhaha de la place. Je me suis sentie enlevée au moment même où j’ai enfin perçu l’alarme du chauffeur de tram. Et monsieur m’a assise sur la couverture de ses chiots qu’il a poussés sans trop de ménagement. Il m’a demandé si j’avais soif en me tendant sa gourde. Je n’avais pas soif mais honte de mon comportement d’étourdie. Pour un peu, je l’embrasserais, mon sauveur ! »

Le sauveur, la fille et la dame assise éclatèrent de rire. Un chiot aboya. Le policier municipal poussa un soupir et dit :   « Bon, dégagez de là avant que je repasse en fin de journée ! Et Madame, soyez plus prudente, à votre âge, une chute peut être gravissime ! » Il n’accorda aucun regard à celle qui l’avait conduit à une intervention sur la voie publique, inutile.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article